• CROIRE ET AGIR

    Foi et action

    “Mets ta confiance dans le Seigneur, fais ce qui est bien.”

     

     D’innombrables sermons ont été prêchés sur le verset : “Sans la foi il est impossible de plaire à Dieu”
     Il est indéniable que la foi est la base de toute relation avec Dieu, puisqu’Il est invisible à nos yeux charnels.
    Malheureusement nous ne devons pas nous arrêter là.
    Approfondir une relation avec quelqu’un exige d’aller au delà de la première rencontre !
    Avec Dieu c’est la même chose. Après avoir cru en Dieu nous devons apprendre deux choses importantes - Lui faire confiance et accepter qu’Il dirige chacun de nos actes et
    Faire ce qui est bien, autrement dit mettre en pratique notre confiance.
    Trop d’entre nous ont concentré tous les efforts de leur vie chrétienne à faire davantage confiance à Dieu, sans se préoccuper de pratiquer le bien.
    Paul explique : “Ce qui compte, c'est de croire et de montrer sa foi en aimant” . 
    Et Jacques de renchérir : “Il en est ainsi de la foi : si elle ne se manifeste pas par des actes, elle n'est qu'une chose morte”.
     Pourquoi est-il important de poursuivre ces deux buts ?
     Parce qu’agir ainsi plaît à Dieu. Jésus n’a pas passé tout Son temps à enseigner les Siens, ni a apporter de belles paroles aux foules,
    Il S’est occupé de celles-ci de façon pratique, nourrissant, guérissant, faisant preuve de compassion, acceptant des détours pour aller à la rencontre de bien des gens.
    L’imiter c’est donner du plaisir au Père. 
    Parce que cela touchera davantage les autres que nos longs discours. Les gens nous observent et s’ils ne nous voient pas exprimer de l’amour entre nous d’abord et ensuite envers tous ceux que nous rencontrons, pourquoi seraient-ils attirés vers Jésus ?
    Jésus n’a pas passé beaucoup de temps à discuter sur la Trinité, le Péché Originel ou le mystère de l’Incarnation, sujets qui ont préoccupé des siècles de chrétiens. Il a passé la majorité de Son temps à exprimer de la compassion et à faire du bien autour de Lui.”
     
    Extrait d'Eric CELERIER
    « QUE TA VOLONTE SOIT FAITEPRIERE »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Novembre 2016 à 08:37

    Faire du bien et partager voila des valeurs qui devraient être universelles...

    Bonne journée.

    2
    Jeudi 24 Novembre 2016 à 11:21

     Dieu c’est nous. Une apparition

    Écrivain et poète, Christian Bobin a récemment publié L’Homme-joie (L’Iconoclaste) et La Grande vie (Gallimard, 2014).

    La journée s’était conclue par une étrange apparition au buffet de la gare de Lyon où je buvais un verre de vin. Levant la tête, j’ai regardé dans le miroir, et tout d’un coup je me suis rencontré : je me voyais du dehors comme il est impossible de se voir. Je regardais ce monsieur qui, semble-t-il, revenait avec moi. C’était curieux : il avait sur ses traits une détermination et aussi quelque chose d’inachevé. Sur son visage, la moindre émotion s’écrivait en plein jour comme sur les visages en argile des bébés. J’ai cessé de le regarder pour ne pas le gêner. J’ai bu une gorgée de Sancerre et perdu mes yeux dans la lecture du journal qui se fanait déjà. Les yeux du monsieur qui était moi menaçaient de rouler en tous sens. Vraiment curieux. Quelques minutes auparavant dans un taxi, le chauffeur s’était mis à me parler de Dieu. Je lui avais répondu. La conversation s’était poursuivie pendant tout le trajet – une théologie vivante coupée de rires. La voiture, à l’arrivée à la gare, était remplie par les roses, les soleils et les tigres de notre échange. Par instants, l’homme me citait le Coran en arabe, puis me le traduisait, soulignant certains mots d’une main qui, lâchant le volant, battait des ailes. Nous sommes des cadavres, monsieur, me disait-il. Et les cadavres, ils ne savent pas si celui qui les approche est bon ou mauvais. Mais un cheval, lui, il sait. Si un homme de cœur vient vers lui, le cheval éclate de rire, monsieur. Et si c’est un diable, il recule. La bonne surprise, c’est pour après la mort – pourquoi la craindre puisque nous sommes des cadavres ? Nous avons parlé des âmes, de la pauvreté et des interdits. Je lui ai dit que si Dieu, par les haut-parleurs des textes sacrés, énonçait des interdits, ce n’était que pour nous protéger et donc pour se protéger, lui, puisque Dieu c’est nous. Une ivresse angélique nous prenait tous les deux. Paris devenait aussi lumineux qu’une clairière. Je regardais les couples dans les rues. Les mains des amoureux, quand elles croisent leurs doigts, chacune capturant l’autre, on dirait une corbeille de ciel. À l’arrivée, j’ai laissé un pourboire à mon frère en délires célestes. Il s’est tourné vers moi, son visage n’était que vérité quand il m’a dit : chaque fois qu’un client me donne un pourboire je ne le garde pas pour moi, je le donne à un pauvre. Et c’est quelques minutes après cette extase que dans le buffet de la gare j’ai entrevu le monsieur qui était moi dans la glace, son visage d’argile mouillé par toutes sortes de sentiments, vaguement affolé. Une tête encore dans les mains du potier, pas finie. Je n’en dis pas plus. Je crois bien qu’il est là, dans ma maison. Je ne veux pas le déranger. Il écrit sur sa journée à Paris.

    3
    Jeudi 24 Novembre 2016 à 11:53

    Très beau texte, Tio Jean

    4
    Jeudi 24 Novembre 2016 à 14:37

    Coucou ma Gigi,

    ah c'est bien aussi ce qu'écrit Christian Bobin, j'aime ses livres.

    Bon mais passons à ton article, j'suis d'accroc bien sûr la foi sans les oeuvres c'est rien dit St Paul.

    Et c'est plus là dessus que les gens non croyants nous regardent!

    Surtout qu'ils sont capables d'en faire autant. Mais faire avec discernement.

    Que l'on pourra "voir" dans la prière.

    Je t'embrasse sur le coeur come disent mes amies brésiliennes ma Gigi chérie.

    5
    Lundi 5 Décembre 2016 à 13:11

    merci de ton passage et de tes encouragements; amitiés

    6
    Jeudi 8 Décembre 2016 à 18:52

    Bonsoir chère Gigi

    Merci pour ta visite et ton commentaire 

    Comme a dit Job "Dieu a donné, Dieu a repris béni soit son nom" cependant c'est dur à accepter...Je comprends ta souffrance pour ton petit chat, je vis la même souffrance pour ma Gena, Notre Dieu tout puissant n'a pas répondu mais je crois fermement qu'il trouvera un moyen pour m'en sortir. Lamartine a dit "Un seul être vous manque et le monde est dépeuplé", je le crois, je tourne en boucle sans trouver d'issue, alors je me dis que Dieu renouvelle ses bontés chaque matin et je m'attends à lui.
    Bonne soirée et bisous 

    Méline

    7
    Samedi 10 Décembre 2016 à 21:28

    bonsoir ma belle ,  du côté météo , ce n'était pas la joie ,en attendant , le matin ,ça caille dur , bonne soirée , bisous

     

    8
    Dimanche 11 Décembre 2016 à 08:24

    Bonjour... réfrigéré!

    Température négative qui n'incite pas à la promenade !

    Bon dimanche.

    Gilbert

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :