• Et si Dieu me disait...

    Tu as fini de te plaindre ! Je t’ai créé un monde merveilleux, varié, ensoleillé, enneigé, la mer pour tes désirs d’aventure, le désert pour tes besoins d’immensité sans bornes, les arbres et les fleurs pour leur beauté. Qu’est-ce que tu en as fait ?


    Je t’ai donné des conseils précieux mais simples pour diriger ta vie (tu ne voleras pas, tu ne tueras pas, tu honoreras père et mère ). Les as-tu suivis ?


    Je t’ai appris à prier, à demander, je t’ai assuré de mon attention, de mes réponses, de mon soutien. Je ne t’entends pas souvent !


    Je t’ai donné la possibilité de connaître la différence entre le bien et le mal, de faire librement ton choix, j’ai mis mon Esprit en toi pour te guider. L’écoutes-tu ?


    J’aimerais beaucoup avoir une place à part dans ta vie, un moment privilégié entre nous deux.

    Tu as tellement d’activités !

    Il t’arrive d’être fatigué, découragé, ton travail, ta famille te créent des soucis, ta santé t’inquiète, des imprévus bousculent ta vie, rompent la quiétude sans faille à laquelle tu étais habitué, bref, rien ne va plus ! Tu oublies mes promesses !

    “Venez à moi, vous tous qui êtes accablés et, moi, je vous donnerai du repos” (Matthieu 11. 28)
    Tu es très préoccupé par ton argent, tu gères bien tes revenus, tu as raison, mais n’oublie pas le pauvre, celui qui te côtoie et que tu préfères ne pas voir, tu sais que ce que tu fais pour lui, c’est à moi que tu donnes.


    Tu négliges mes recommandations ! Donne et il te sera donné.

    Tu es, à mon goût, un peu trop content de toi ! Mais ton œil est bien critique à propos des autres ! Es-tu sûr d’avoir raison, de ne jamais te tromper, tu ne serais pas un peu orgueilleux des facultés que moi, je t’ai données et ton irritation, lorsque tu t’aperçois de tes erreurs, est-elle juste ?

    Fais attention, tu cours vers l’orgueil ! Tu vois la paille dans l’œil du voisin, mais pas la poutre qui es dans le tien.
    Tu es toujours tenté par ce que je n’aime pas, tu hésites, tu demandes conseil à tes « amis », ou bien tu suis tes impulsions, et tu te plains des conséquences.
    Tu récoltes ce que tu sèmes !


    Tu as envie de te détendre, c’est normal, mais tu préfères les divertissements superficiels, faciles, voire abrutissants (la télé), bref, tu aimes ce que les autres aiment, surtout, il ne faut pas paraître différent d’eux!


    Tu as pourtant tellement d’autres choix ! “Que tout ce qui est vrai, juste, pur, digne d’approbation, occupe vos pensées” (Philippiens 4. 9)


    Tu veux vivre libre, ne pas être ligoté par des principes que tu trouves rigides, dépassés, tu veux « profiter » de ta vie, agir sans en soupeser les conséquences. Alors, assume tes choix !


    Tu lis les journaux chaque jour, tu suis passionnément ce qui se passe dans le monde, tu te gaves d’images, d’évènements, de catastrophes, de discours, tu observes la misère humaine et tu compatis…ou pas ! 


    Tu sais tout sur les personnages importants, mais tu ne penses pas à moi ou si peu ! Si ! Lorsque tu as besoin de moi ! Oublies-tu ce que j’ai fait pour toi ?


    Tu es très sûr de ta force morale, du bien-fondé de tes actes, de la pureté de tes intentions, tu t’appuies sur ce que tu crois être un caractère affirmé !

    N’oublie pas ce que l’apôtre Paul disait : “Car quand je suis faible, alors je suis fort” (2 Corinthiens 12. 10)

    Je suis très heureux de te voir le dimanche, à l’Eglise, heureux de te sentir uni à tous ceux qui, comme toi, viennent me rencontrer, me montrer leur amour, leur reconnaissance, mais ta semaine est quelquefois bien décevante pour moi !

    Ou tu m’oublies ou tu oublies tout ce que je désirerais que tu sois, pour les tiens, pour les autres. Chrétien du dimanche ou chrétien tout court !


    Tu vas trouver que je te fais beaucoup de reproches, mais s’il y a des pères qui acceptent tout, qui n’essaient pas de montrer à leurs enfants un chemin de vérité. 
    Moi, je suis ton père et je t’aime ! 


    Je veux t’amener vers tout ce que mon fils t’a montré dans sa vie, au prix du sacrifice de celle-ci.


    Je veux te rendre meilleur, te reprendre sans fustiger, te conseiller sans imposer, en un mot, t’aimer.

     
    Car, c’est par amour que je suis là, sans me lasser, sans m’irriter, te répétant : toi, suis-moi !

    Je suis ton Dieu et ton père, je t’ai créé pour qu’un jour, tu franchisses sans crainte le passage qui t’amènera dans le lieu du bonheur éternel.

    Gigi

    7 commentaires
  •  

    Le train de la vie...
    À la naissance, on monte dans le train et on rencontre nos parents.
    On croit qu'ils voyageront toujours avec nous.
    Pourtant, à une station, nos parents descendront du train,
    nous laissant seuls continuer le voyage.
    Au fur et à mesure que le temps passe,
    d'autres personnes montent dans le train.
    Et ils seront importants: amis, enfants, même
    l'amour de notre vie.
    Beaucoup démissionneront (même l'amour de notre vie)
    et laisseront un vide plus ou moins grand.
    D'autres seront si discrets qu'on ne réalisera pas qu'ils
    ont quitté leurs sièges.
    Ce voyage en train sera plein de joies, de peines, d'attentes,
    de bonjours, d'au- revoir et d'adieux.
    Le succès est d'avoir de bonnes relations avec tous les passagers, pourvu qu'on donne le meilleur de nous-mêmes.
    On ne sait pas à quelle station nous descendrons.
    donc vivons heureux, aimons et pardonnons.
    Il est important de le faire car lorsque nous descendrons du train, nous ne devrons laisser que des beaux souvenirs à ceux qui continueront leur voyage.
    Soyons heureux avec ce que nous avons et remercions Dieu de ce voyage fantastique.

    Aussi, merci d'être un des passagers de mon train pour 2017.
    Et si je dois descendre à la prochaine station, je suis contente d'avoir fait un bout de chemin avec vous!.

     

     

     
     
     

    13 commentaires
  • Lire la suite...


    12 commentaires
  • Lire la suite...


    7 commentaires
  •  

    Jésus n’a jamais promis aux Siens que leur vie terrestre serait aisée et tranquille.

    Au contraire Il affirme “Vous aurez des tribulations dans le monde”

     Que veut dire précisément ce mot “tribulations” ?

    Le mot grec thlipsis signifie : pression, oppression, stress, angoisse, affliction,

    Ne vous leurrez pas : connaître des “tribulations” en ce monde est tout à fait normal !

    Ne vous laissez pas entraîner par cet enseignement erroné dans certaines églises qui veut vous faire

    croire qu’avec davantage de foi vous connaîtrez le succès, l’accomplissement de vos rêves et une certaine perfection ici-bas !

    Fuyez ce genre de mensonges.

    Si vous leur donnez crédit vous risquez de vous sentir désespéré, confus et coupable lorsque vous

    vous rendrez compte que vos espoirs ne se sont pas réalisés.

     

    .Certes la Bible nous parle beaucoup de l’importance de la foi et il est tout à fait légitime de vouloir

    “élargir” notre foi, mais elle nous parle aussi de la “volonté parfaite” de Dieu et du choix qu’Il est le seul

    à faire quant au moment où elle s’accomplit.

    Dans la  prière  du Notre Père Jésus nous enseigne très vite à demander “que Ta volonté soit faite...”

    Toutes les promesses divines sont certaines et quand Dieu décide d’intervenir, rien dans tout l’univers ne peut Lui faire obstacle.

    Il nous demande seulement de marcher humblement dans le chemin qu’Il nous a tracé, de persévérer

    dans la prière etmalgré les circonstances adverses d’accepter en nous la paix que Jésus

    nous offre à tous sans exception.


    7 commentaires